Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Stéthoscope en compote

Stéthoscope en compote

Humeurs d'un médecin de PMI, mère et femme à ses heures

San Ku Kaï. C'est la bataille.

San Ku Kaï. C'est la bataille.

Bon. Ce n'est un secret pour personne. Pour avoir une place en crèche, dans les grandes villes, tous les coups sont permis. Mais alors, aujourd'hui, on aurait dû faire des contrôles antidopage à la sortie de la PMI.

Donc ce matin, consultation.

Je vois les enfants après qu'ils ont été mesurés-pesés et les parents auditionnés par les collègues bien-aimées, auxiliaire et puéricultrice. En gros, on me prémâche le travail. Le pied.

Bref. Voilà Paul accompagné par sa jolie maman. Famille bien komilfo. Tout va bien.

Paul doit entrer en crèche municipale. La mère explique qu'elle a obtenu cette place de haute lutte. Et qu'elle est bien soulagée.

Sauf que la crèche est quand même bien loin du domicile. Et que, par hasard, la mère a appris qu'une crèche privée d'entreprises accueillait depuis peu les enfants quidam au tarif municipal. Juste derrière chez elle. Alors qu'elle va voir. Je lui dis qu'elle a raison et que la place en municipal unpeuloindechezelle fera le bonheur d'une autre famille blablabla.

Et puis, je termine ma consultation. Je vais pour partir.

Mais la puéricultrice a quelque chose à me raconter. Quelque chose qui l'a beaucoup énervée et qui va beaucoup me déplaire aussi, apparemment.

Elle me refait le scénario :

Lorsqu'elle s'occupait de Paul, juste avant que je ne le vois, le téléphone a sonné. C'était une maman, très en difficultés financières, qui avait été obligée d'amener son enfant à sa tante, dans un pays loin (tellement loin qu'il faut prendre l'avion pour y aller sinon c'est vraiment très très long)

Oui parce qu' elle n'avait pas les moyens de le faire garder autrement qu'en crèche mais pas de place...

Donc cette maman rappelle car ma collègue lui a laissé un message, disant qu'une crèche privée d'entreprises allait pouvoir accueillir son bébé, au tarif municipal. Maman folle de joie au téléphone. Evidemment.

Et je vous le donne en mille. Alors que ma collègue dictait le numéro de la crèche à la maman du téléphone....... la maman de Paul tapotait sur son J-Phone...

Elle appelait la crèche privée d'entreprises. En extemporané.

Oui oui pour devancer la maman du bébé parti au pays.

Il était là, le HASARD.

A vous aussi, ça plaît?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Angelilie 07/03/2017 13:54

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.

Krastoll 08/03/2017 07:48

Oh merci mille fois pour vos encouragements! Ça me touche énormément et me donne de l'entrain pour poursuivre ��!