Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Stéthoscope en compote

Stéthoscope en compote

Humeurs d'un médecin de PMI, mère et femme à ses heures

Vis ma vie...

 Vis ma vie...

L'expérience de l'assistanat. C'est ce que j'ai vécu aujourd'hui, par procuration.

J'ai donc vu un bébé de deux mois en consultation, ce matin.

Il était amené par sa mère et accompagné de ses deux aînées. Tous les trois ravissants, très bien élevés. Tout ça.

La maman m'a expliqué qu'ils sont sans papier et demandeurs d'asile.

Ils étaient jusque-là accueillis dans un centre d'hébergement d'urgence. Mais comme ils étaient trop nombreux pour une famille nombreuse, ils ont été sortis du centre.

Et ''bénéficient'' désormais d'un hébergement par le SAMU social (dit le ''115''). C'est à dire qu'ils habitent dans une chambre d'hôtel et que, chaque soir, leur place est remise en ''jeu''.

 

Bref. On est le 25 juillet.

La maman me dit qu'il lui reste une boîte de lait entamée.

Mais que, après, elle n'aura plus rien.

Que dans le centre d'hébergement, tout était donné. Mais qu'à l'hôtel, non.

Alors, elle est allée au service social de la Mairie et on lui a dit qu'elle ne pouvait bénéficier d'aucun suivi puisqu'elle n'a pas de papier.

Absurde. Evidemment qu'elle peut bénéficier d'un suivi.

Alors je propose d'appeler la Mairie. Celle du quartier de la PMI où je reçois cette maman.

On me répond qu'elle a droit à un suivi mais qu'elle doit s'adresser à la mairie correspondant à son adresse de référence (la famille a été hébergée par des proches dans un troisième quartier. Ni celui de la PMI, ni celui de l'hôtel).

Alors j'appelle cette mairie-là. On me passe quelqu'un. Qui me dit que c'est pas lui. C'est un autre. Qu'il faut appeler au numéro qu'il me donne.

J'appelle au numéro qu'il me donne. Réponse : ''Le numéro que vous demandez n'est pas attribué ''.

Alors je rappelle mon indic. Il me dit que c'est normal. Qu'il faut insister. L'aurait pu me prévenir.

Alors je rappelle une fois. Deux fois. Trois fois. Bingo. Une gentille dame me répond. Oui oui. La maman peut venir la voir. Elle pourra lui donner un bon pour une aide d'urgence.

En échange de ce bon, elle pourra obtenir du lait, à la prochaine distribution.

Il faut qu'elle vienne la voir, demain à 8h30.

Mais comme c'est l'été, les vacances, et tout... Il n'y aura pas de distribution avant la semaine prochaine. Dans six jours.

Voilà. 'Faut quand même le vouloir pour parvenir à être assisté. N'en déplaise.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article