Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Stéthoscope en compote

Stéthoscope en compote

Humeurs d'un médecin de PMI, mère et femme à ses heures

T'as pas mal. Je te dis que t'as pas mal.

T'as pas mal. Je te dis que t'as pas mal.

Ça va. 

Auprès des collègues, je passe encore pour une petite jeune. 

Alors, de temps en temps, autour d'un café, elles me racontent leurs services militaires à elles... 

... leurs passages en services de pédiatrie, réanimation, néonatalogie dans les années 80...

Les années fluo, bandana, brunes, prunes et Touche pas à mon pote. 

Dans ces années-là, mon pote, justement, on sparadrapait les tétines des petits patients pour qu'elles restent bien vissées dans le bec toute la nuit. 

Dans ces années-là, mon pote, justement, on attachait  les petits patients par les poignets et les chevilles pour ne pas qu'ils arrachent leurs sondes et leurs cathéters posés si difficilement.  

Dans ces années-là, mon pote, justement, les bébés ne souffraient pas. S'ils pleuraient, ce n'était jamais de douleur. Si leurs fréquences cardiaque et respiratoire variaient, ce n'était jamais de douleur. S'ils développaient des troubles anxieux ou phobiques, des hospitalismes, ce n'était jamais de la faute des soignants. 

Des soignants qui faisaient de bonne foi ce qu'ils pouvaient, avec les connaissances du moment. 

 

Alors on nous dit que l'hôpital va mal aujourd'hui ? 

Des progrès fulgurants (moins de quarante ans, c'est vraiment vraiment vraiment pas vieux) et l'amélioration extraordinaire de la prise en charge hospitalière des nourrissons. La prise de conscience que bébé est une personne. 

Oui, mon pote, mais aussi le manque criant de personnel et de moyens !...

Gaffe les gars, on aura vite fait de tourner le dos au progrès et de recavaler au sale temps de "l'époque". 

Laissez-nous les moyens humains et matériels d'honorer ces magnifiques avancées.

Si le soin pouvait être rentable. Bah, ya longtemps que ça se saurait !... 

Mon pote. 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article