Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Stéthoscope en compote

Stéthoscope en compote

Humeurs d'un médecin de PMI, mère et femme à ses heures

Comme au cinéma...

Comme au cinéma...

Ma première question pour première consultation des bébés de même-pas-un mois :

"Alors déjà. Vous. La maman. Comment allez-vous ?"

Et holala...! Qu'elle semble fatiguée cette maman toute neuve... mine défaite. Vraiment. (Alors que sa fille a tellement une bouille de victoire)

Elle le dit : "Je n'arrive même pas à sortir de chez moi. Mal au dos. Les escaliers. Préparer bébé. Tout ça. Rien que d'y penser..."

Ma deuxième question (enfin peut-être pas deuxième deuxième mais bon. Deuxième. Ça m'arrange pour le récit) :

"Vous avez de l'entourage proche ? Les grands-parents ?"

Voilà... bim...

Elle est juive. Il est musulman.

Ses parents à elle sont tout à fait d'accord avec ses parents à lui...

 Ni les uns ni les autres ne sont prêts à accepter un microsouffle de cette relation amoureuse. Encore moins un microcheveu de cet enfant de sang mêlé... même pas ils veulent les voir ou entendre parler d'eux trois.

Vas-y, construis ta parentalité sur cette base toute nulle.

 

Eh oh les gens ?

Touche pas à mon pote, tout ça...

Quand j'étais ado, on portait des keffieh parce que c'était cool. On s'appelait Marie Sarah Raffik MinhTam... Et tous ensemble, on chantait Nuit et brouillard et le Requiem de Fauré. A la chorale du lycée. Tous ensemble, on allait à Drancy, hurler la mémoire vive.

Et on s'en foutait. On s'aimait. Tous ensemble. On voyait même pas ce qu'il y avait d'extraordinaire à ça.

C'est aujourd'hui que je réalise... : cette norme de mon enfance prend la forme d'une merveille exceptionnelle.

Mais non. Mais pas question. C'est mon enfance qui a raison.

 

Qu'est ce qu'on a fait au bon dieu ?

Comme au cinéma...

...Sans le happy end.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article