Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Stéthoscope en compote

Stéthoscope en compote

Humeurs d'un médecin de PMI, mère et femme à ses heures

"Chacun de nous ignore la couleur de l'iris de presque tous ses amis. L'œil est regard : il n'est oeil que pour l'oculiste et pour le peintre." André MALRAUX, Les voix du silence.

Bébé ne voit rien.
Étonnant, non?
Bébé entend sent touche goûte propriocepte mais ne voit rien.
Enfin rien, j'exagère : Un trentième à un mois. C'est pas grand chose quand même. Et puis que le noir et le blanc.
Mais à trois mois, aussi le rouge.
Autant dire qu'il est bien absurde de lui acheter le plus mignon des hochets aux couleurs pastels. Il ne le distinguera qu'à peine.
Heureusement, peu à peu, le petit d'homme voit de plus en plus clair. Jusqu'à arriver à l'âge de six ans où il a acquis toutes ses capacités visuelles. La plasticité de la vision est alors figée. Tout est joué.
Nous avons donc six ans pour permettre à la vision de se développer au maximum. Tout ça pour dire qu'un strabisme doit être pris en charge bien avant six ans. Ça évitera que l'oeil strabique n'oublie de se connecter au cerveau (et ne devienne amblyope comme disent les puristes). Tout ça aussi pour dire que ce serait chouette que votre enfant n'ait pas un tructruc qui vienne masquer son oeil et l'empêche ainsi de développer sa fonction au maximum...Tructruc comme...une mèche de cheveux. Oui, oui, c'est vrai que la crèche refuse les barrettes et les élastiques. Il vous reste la coupe, le gel et les bandeaux.
Mettez toutes les chances de son côté. On ne sait jamais... Qu'il/elle veuille devenir pilote de chasse...

 "Chacun de nous ignore la couleur de l'iris de presque tous ses amis. L'œil est regard : il n'est oeil que pour l'oculiste et pour le peintre."      André MALRAUX, Les voix du silence.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Delvaux 05/07/2018 19:27

" Le champS " ?

Krastoll 05/07/2018 20:53

Non non ! Chacun son métier. Le champ aux uns. Le champs aux autres.